Exclu

Paul Ignaz Vogel

Un homme de condition modeste passe une grande partie de sa jeunesse dans des établissements spé­cialisés. A sa majorité, il est interné par décision adminis­trative. Il s’ensuit des années de tour­ments sans droit. Il perçoit pourtant, pen­dant des décennies, une rente d’invalide (AI). Mais cette aide lui sera bientôt supprimée. 

Le père de Hansjörg Klauser était ouvrier et alcoolique. Il jouait de temps à autre dans un orchestre amateur. A la maison, il n’y avait toujours que des engueulades, comme le dit Hansjörg aujourd’hui. En 1961, à l’âge de huit ans, ce dernier est placé dans un home pour indigents. Il y apprend le latin, fait l’enfant de chœur, au milieu des nonnes et des coups. Hansjörg dormait dans une petite caisse, laquelle était sensée constituer son chez soi dans le dortoir. A 13 ans, il va dans un foyer pour personnes ina­daptées. L’enseignant l’atteste : « Du moment qu’il est fort, il peut tra­vailler dans la construction ».

Ouvrier du bâtiment

Hansjörg cherche donc à s’en sortir en travaillant comme ouvrier auxiliaire dans la construction. Sa paie journalière, il l’a remet chaque soir à ses parents. Il peut garder Fr. 20.- par mois comme argent de poche. Une soulerie tous les trois mois constitue sa voie de sortie désespérée. Une fois, il tombe in­conscient par terre quelques jours après avoir bu. Le médecin diagnostique une crise d’épilepsie au lieu d’un symptôme de manque. Beaucoup plus tard seulement, un spécialiste neurologue conclut à une médication insensée et dommageable. A 18 ans, Hansjörg est soumis au recrute­ment militaire. Il est déclaré inapte au service. Une fois de plus, il se sent comme exclu de la société. Un jour, Hansjörg s’élève contre son père dans un état d’ivresse avancé. Celui-ci appelle le médecin. Hansjörg reçoit une injection et est placé dans une clinique psychiatrique.

Interné administratif

Il s’ensuit une mise sous tutelle générale. A 21 ans, Hansjörg est d’abord interné par décision adminis­trative dans une ferme agricole incorporée à une prison de Thurgo­vie et mis à l’assurance-invalidité (AI) pour infirmité congénitale. Il doit travailler obli­gatoirement dans une communauté compo­sée à 90% par des criminels condamnés. Plusieurs fois, il s’échappe. Mais est toujours repris. Un oncle assure un temps la tutelle, ce qui conduit à une légère amélioration de la situation. Après l’adoption en 1981 de dispositions du code civil suisse abolissant l’internement administratif en Suisse, Hansjörg sé­journe dans la clinique psychiatrique de Königsfelden en Argovie pour y rece­voir des soins et un traitement complé­mentaire. Là, il va mieux.

Gardien avec chien

Hansjörg apprend rapidement comment se comporter avec les animaux et réussit bientôt à devenir maître-chien. Dix ans après le début de son internement adminis­tratif, il est libéré de la tutelle et peut conclure un contrat de travail avec une société de surveillance. A l’époque, c’était la guerre froide. Hansjörg monte en grade pour devenir soldat de métier : en uniforme et accompagné de son chien, il doit surveiller des installations militaires hautement secrètes, notamment des chars blindés et des sys­tèmes de défense aérienne. Ainsi, notre homme, autrefois exclu de la société, devient soudain homme de confiance dans le cadre d’une organisation de sécurité. Surveiller et contrôler, telle était la devise. A la fin de la guerre froide, Hansjörg perd rapidement de telles tâches.

Procès avec l’AI

Récemment, Hansjörg a trouvé une maison dans un pays d’Amérique latine. Là, il peut vivre de sa mo­deste rente d’invalidité partielle. Dans le cadre des mesures d’économie au niveau fédéral, cette rente lui est retirée lors d’un retour récemment imposé en Suisse. Hansjörg vit maintenant de l’aide sociale dans un village paysan suisse. Un jugement du Tribunal administratif fédéral relatif à la décision de l’AI est en suspens. Le droit à l’AI est relégué au temps de l’internement abusif.

 

Zurück


Unterstützen Sie den Mediendienst
Hälfte/Moitié mit einer Spende über PayPal:



Bitte teilen Sie unsere Artikel: