Facteur à la limite

Paul Ignaz Vogel

Quelque peu négligée par le service de média Hälfte / Moitié, l'activité professionnelle est au centre de cette édition avec un exemple actuel tiré de la Poste SA. Comme partout dans le monde du travail, le service de distribution du courrier est soumis au principe néolibéral de la course à la performance. Conséquence: pression et morbidité en hausse chez les travailleurs et travailleuses.

Fridolin Ambühl (39) travaille depuis 9 ans comme facteur à la Poste SA dans une ville suisse. Au fil des années, ses tournées sont toujours plus longues mais le temps pour les effectuer ne change pas et le matériel à distribuer, notamment les journaux des deux grands distributeurs Migros et Coop, est de plus en plus lourd. Les articulations et le dos en pâtissent, ce qui se traduit par des problèmes de santé. Sur les 140 facteurs que compte sa région de distribution, 20 à 30 personnes sont en congé maladie à long terme et donc exclues du processus opérationnel ordinaire. Leur travail doit être assuré par les employés en bonne santé. 

Optimisation

Ces troubles physiques et psychiques fréquents sont en lien avec la recherche du profit et la philosophie d’entreprise dite kaisen introduite par la Poste SA. Il s'agit d'associer les collaborateurs en les amenant – sur fond de concurrence interne – à chercher des astuces permettant des procédés les plus économes possibles. Le concept vient du Japon et entraîne les hommes comme des machines. Le journal du personnel de la Poste SA le définit ainsi : « Kaizen signifie changer (Kai) pour rendre meilleur (Zen). Cette méthode permet d'examiner soigneusement les processus internes. Car ce sont les collaborateurs concernés qui effectuent eux-mêmes les analyses et proposent des solutions d'optimisation ». 

Optimisation donc et ce, jusqu'à n'en plus pouvoir, jusqu'au déclin psychique de l'un, la défaillance physique de l'autre. Pour réduire les contacts humains et pousser la rentabilité à l'extrême, une sévère rotation a été introduite dans les tournées. Fini le temps de la régie fédérale, où le postier était encore synonyme de contact social. 

Heures supplémentaires 

La Poste SA semble ainsi se muer en tonneau sans fond, en entreprise sans avenir. Selon la loi sur le travail, la semaine de travail de 42 heures peut exceptionnellement être prolongée jusqu'à 50 heures. Ambühl: "Il arrive que des collègues qui commencent leur tournée à 6 heures du matin soient encore en route tard dans l'après-midi. La surcharge de travail liée aux absences pour cause de maladie est telle qu'il est impossible de liquider le volume de travail dans le temps imparti. L'excédent en heures supplémentaires illégal n'est pas enregistré mais indemnisé dans le cadre d'une convention orale passée avec le chef d'équipe et compensé quelque part dans le système. » 

Travailleurs âgés mis à l'écart 

La situation est particulièrement grave pour les employés anciens, qui ont plus de cinquante ans. Les contrôles montrent qu'ils ne sont plus aussi rapides que les jeunes. Leur salaire est aussi plus élevé, et les jeunes se laissent plus facilement exploiter. D’aucuns sont intimidés dans le cadre d'entretiens, le but étant de s'en débarrasser le plus vite possible. La Poste SA propose aussi des conventions dites de résiliation amiable avec des prestations non réduites de l'assurance-chômage. A l'aide sociale de reprendre ensuite le flambeau. Membre du syndicat syndicom, Ambühl estime: "Sauvegarder nos droits implique que nous nous défendions ensemble et que nous restions unis. Nous avons besoin de solidarité". La Poste SA a dégagé en 2014 un bénéfice de 638 mio de francs. Autrefois monopole dans la distribution du courrier, l'entreprise agite le spectre de la concurrence dans la communication digitale via Internet pour exiger des collaborateurs plus de prestations pour le même salaire.

Zurück


Unterstützen Sie den Mediendienst
Hälfte/Moitié mit einer Spende über PayPal:



Bitte teilen Sie unsere Artikel: