ActuElles.ch, un nouveau média à suivre

Persasann Panchacharam

Les mouvements sociaux génèrent quantité de publications, dont la plupart nont quune brève durée de vie et natteignent quun public limité. L’édition numérique a encore amplifié le phénomène.

Mais contrairement à l’écrit papier, le numérique facilite la récolte et le regroupement de l’information en fonction d’un thème, par exemple. C’est l’option choisie par la 

Fondation Emilie Gourd en créant ActuElles.ch, un site d’agrégation qui propose «toute l’actualité féministe en Suisse romande». 

Emilie Gourd, l’une des grandes figures du féminisme suisse dans la première moitié du 20e siècle, fonda en 1912 le journal Le Mouvement féministe, fer de lance du mouve­ment pour le suffrage féminin. Devenu Femmes suisses puis Femmes en Suisse, le magazine fut l’organe de l’Alliance des sociétés féminines suisses. Repris par une nouvelle équipe en 2001 et devenu l’émiliE, le journal finit par disparaître en 2009, avant de laisser place à un site Internet du même nom voué à de nouveaux combats d’avant-garde à audience plus confidentielle. 

La Fondation Emilie Gourd, jusqu’alors soutien financier du magazine, décide alors d’investir ses moyens dans une plateforme – ActuElles.ch – qui présente l’actualité féministe et féminine publiée par les médias écrits et numériques, et la diffuse par sa newsletter hebdomadaire et via les réseaux sociaux. 

Classée en sept rubriques thématiques, cette actualité provient d’un large éventail de médias: aussi bien la presse quotidienne que des magazines comme LIllustré ou 

Femina ou encore Lestime, site d’expressions lesbiennes, ou des blogs. A noter une présentation aérée de cette masse d’informations et d’opinions grâce à la mention des seuls titres et amorces de textes et de liens renvoyant au site d’origine; et aussi grâce à l’attribution d’une couleur particulière à chacun des sept thèmes. Disons-le, aux manettes d’actuElles.ch on retrouve les mêmes prestataires que derrière Domaine Public… 

ActuElles.ch propose également un agenda qui répertorie les événements féministes en Suisse romande et au niveau fédéral, ainsi qu’un annuaire qui facilite le contact avec les organisations et administrations en relation avec la promotion des femmes. Le site offre encore l’accès aux archives du magazine de 1912 à 2009, une source indispensable à l’histoire du mouvement féministe en Suisse romande.

Source :

Domaine Public 5 mars 2015
http://www.domainepublic.ch/articles/27358

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Les mémoires dune journaliste et dune femme libre

Pierre Jeanneret

Laurence Deonna, Mémoires ébouriffées. Ma vie, mes reportages, Vevey / Pa­ris, LAire / Ginkgo, 2014: Laurence Deonna sest fait connaître comme grande journaliste et par ses livres sur le Yemen, la Syrie ou encore le Kazakhstan.

Elle y met l’accent sur la situation des femmes et notamment, avec empathie, le sort des femmes et des mères au milieu des conflits (Moyen-Orient. Femmes du combat, de la terre et du sable, 1970). Elle a réussi à établir avec elles – particulièrement avec les femmes courageuses du monde arabe – une relation de confiance, basée sur ce qu’elle nomme la «sororité» ou la«complicité femelle»

Cette reporter hors du commun apporte une voix originale. C’est donc avec impatience que l’on attendait ses mémoires. 

L’intérêt principal du livre n’est pas dans les grandes considérations générales. Il en contient d’ailleurs peu. On relèvera même quelques lieux communs: ainsi, à propos des nouveaux moyens de communication qui en réalité ne rapprochent pas les êtres. On retiendra plutôt ces belles pages où l’auteure évoque son enfance dans une mai-son de maître de la campagne genevoise. Car son milieu est celui de la grande bourgeoisie protestante. Milieu qu’elle ne renie nullement («Quy puis-je d’être née où je suis née?»). Elle l’assume mais ne se sent pas prisonnière de ses origines: «Je nappartiens qu’à moi-même.» Elle brosse un beau portrait de son père Raymond Deonna, député et conseiller national libéral, mais «authentique libéral», ouvert et respecté même de ses adversaires de gauche. 

Un drame marque l’enfance de Laurence: la mort par accident, d’un coup de pistolet, de Petit Pierre, le frère cadet. Elle relève à ce propos la forte prégnance du calvinisme, tout de retenue, de refoulement des manifestations du deuil, qui empêche la douleur de s’extérioriser. C’est, dit-elle, la souffrance (trop maîtrisée) de sa mère Anne-Marie qui est à la genèse de ses interviews de femmes frappées dans leur chair par la guerre. 

D’autres portraits familiaux rendent ce livre si humain. Celui du grand-père Waldemar Deonna, archéologue de réputation mondiale qui fut à la tête du Musée d’art et d’histoire. Ou encore celui de l’oncle Ionel, une sorte de docteur Jivago qui vécut l’enfer de la Roumanie communiste. Un second drame familial va marquer la vie de Laurence Deonna: la mort accidentelle, au volant, de ses parents Raymond et Anne-Marie, une tragique journée de septembre 1972. 

Sans fausse pudeur, mais sans exhibitionnisme non plus, l’auteure narre divers épisodes de sa jeunesse et de sa vie de jeune adulte: des amours déçues, des avortements, des expériences professionnelles variées. Elle fut chauffeur de Avis Rent a Car, hôtesse chez Swissair, mais surtout collaboratrice du célèbre marchand d’art Jan Kruger. Celui-ci lui a raconté ce qu’il avait longtemps refoulé, son tragique passé de Juif polonais déporté au camp de Dora. C’est sans doute cette attention aux êtres humains, hommes et femmes, qui fait l’originalité des reportages et des livres de Lau­rence Deonna. 

Reporter

Dès 1967, elle devient reporter, se formant «sur le tas». Elle vivra des épisodes co­miques, des situations dangereuses, des moments tragiques, des rencontres amou­reuses éphémères, mais aussi l’ennui des longues attentes, recluse dans un hôtel en zone de conflit. Elle ne cache pas d’ailleurs ce que sa volonté de vivre libre a pu appor­ter de solitude dans son existence. 

Ses reportages l’ont menée surtout au Proche-Orient, avec sa poésie mais aussi les rigides tabous qui y bornent la vie des femmes. C’est sa région de prédilection avec laquelle Laurence Deonna entretient une sorte de rapport amour-haine. Elle s’est beaucoup intéressée aussi aux républiques musulmanes d’Asie et relève les apports du régime soviétique, notamment en ce qui concerne la scolarisation des filles et le sort des femmes en général, des acquis aujourd’hui remis en question par le retour en force d’un Islam conservateur. 

La journaliste brosse un certain nombre de portraits au vitriol de potentats ou de dictateurs, dont le sinistre Kadhafi, «un homme aux mains engluées à la fois dans le sang et le sperme», allusion à la garde prétorienne féminine qui lui tenait lieu de ha­rem. La féministe est toujours présente dans ces pages. Elle qui n’avait pas hésité, en avril 2005, à écrire dans le Journal de Genève un article provocateur «Je ne pleure pas le pape» (Jean-Paul II). 

A contrario, elle consacre des pages chaleureuses à un certain nombre d’amis, parmi lesquels on trouvera Boutros Boutros-Ghali, Ella Maillart, Sadruddin Aga Khan ou encore l’Iranienne Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix 2003. Elle rend aussi hom­mage à un maître, Edgar Snow, grand connaisseur du maoïsme en Chine depuis la Longue Marche, son «modèle de reporter», en déplorant l’ostracisme dont celui-ci fut victime dans son pays, les Etats-Unis, obsédés par leur anticommunisme. 

Source :
Domaine Public, 24.02.2015

http://www.domainepublic.ch/articles/27315

Zurück


Unterstützen Sie den Mediendienst
Hälfte/Moitié mit einer Spende über PayPal:



Bitte teilen Sie unsere Artikel: