Aide sociale 2014: Le taux d'aide sociale inchangé, la durée de perception s'allonge

Hälfte / Moitié

(OFS) En 2014, 261'983 personnes ont bénéficié d'une aide sociale économique. Cela signifie que 3,2% de la population résidante a été soutenue par une prestation d'aide sociale au moins une fois dans l'année. La part des bénéficiaires de longue durée (plus de 4 ans) a atteint 27,5%. Par rapport à l'année précédente, le nombre de dossiers d'aide sociale a augmenté de 4300 (+2,7%) et celui des bénéficiaires d'environ 4800 personnes (+1,9%). 

La hausse du nombre de dossiers et de bénéficiaires constatée depuis 2008 s'est donc poursuivie. Le taux d'aide sociale, qui indique le rapport entre le nombre de bénéficiaires de l'aide sociale et la population résidante, s'élevait à 3,2% en 2014 pour l'ensemble de la Suisse. Il est resté au même niveau qu'en 2013. Si l'on considère ce taux sur les dix dernières années, on note qu'il a connu une évolution en forme de U: de 3,2% en 2005, il est tombé ensuite progressivement à moins de 3% jusqu'en 2008 avant de se remettre à grimper les années suivantes pour atteindre actuellement 3,2%.

Des taux d'aide sociale cantonaux stables ou en recul

L'évolution des taux d'aide sociale cantonaux ne fait pas apparaître de changement marqué par rapport aux années précédentes. Les cantons comptant des centres urbains affichent toujours des valeurs supérieures à la moyenne. Dans les cantons à caractère rural, les taux d'aide sociale tendent à être inférieurs à la moyenne. Sur un an, le taux d'aide sociale a progressé dans 11 cantons et est demeuré stable dans 11 autres. 4 cantons affichent un recul du taux d'aide sociale (Neuchâtel, Bâle-Ville, Vaud et Appenzell Rhodes-Intérieures).

Les enfants, les personnes divorcées et les étrangers davantage exposés

Les enfants et les jeunes de moins de 18 ans, les personnes divorcées et les personnes de nationalité étrangère demeurent les plus exposés au risque de dépendre de l'aide sociale. Alors que le taux d'aide sociale des mineurs est passé de 4,9% en 2005 à 5,2% en 2014, celui des personnes de nationalité étrangère a parallèlement diminué de 0,3 point et s’établit à 6,3%. Les personnes divorcées ont aussi enregistré, à l'instar des mineurs, un niveau de risque d’aide sociale élevé avec un  taux de 5,7% en 2014.

Augmentation de la durée de perception pour les dossiers ouverts

L'allongement de la durée de perception observée l'année précédente pour les dossiers en cours à fin 2014 s'est poursuivi. La valeur médiane de la durée de perception a progressé de 4 mois depuis 2008, passant de 19 à 23 mois. La durée de perception de l'aide sociale était égale ou supérieure à 23 mois pour la moitié des dossiers ouverts et inférieure à 23 mois pour l'autre moitié. Dans le même temps, la durée d'octroi pour les dossiers clos est restée stable, à 10 mois. Cette évolution indique que la proportion des bénéficiaires de longue durée a progressé dans les dossiers en cours.

27,5% des dossiers en cours de 2014 donnaient lieu au versement d'une aide sociale depuis 4 ans et plus. Si l'on considère l'évolution depuis 2009, on note une progression du nombre de dossiers avec une durée d'octroi supérieure à 4 ans. En 2009, la part de ces derniers dans les dossiers en cours se situait à 25,8%. Les dossiers de familles monoparentales, de personnes divorcées et de bénéficiaires de l'aide sociale plus âgés font plus souvent partie des dossiers de longue durée. En revanche, les personnes ne vivant pas seules mais formant une unité d'assistance à elles seules, les célibataires et les moins de 45 ans perçoivent relativement souvent une aide sociale pendant moins d'une année.

Communiqué Office fédéral de la statistique (OFS), 21.12.2015 

 

Zurück


Unterstützen Sie den Mediendienst
Hälfte/Moitié mit einer Spende über PayPal:



Bitte teilen Sie unsere Artikel: