Mobilisation générale contre la baisse de l’aide so­ciale à Genève

Hälfte / Moitié

L'ALCIP et d'autres associa­tions récoltent des signatures pour une pétition, tout l'été, avec des assemblées ré­gulières. Il y aura des interventions au Grand Conseil genevois fin août, et d'ici-là ils espèrent recueillir beaucoup de signatures. 

Pétition à l'attention du Conseil d'Etat, du Grand Conseil

Mesdames, Messieurs,

Le 11 juin 2014, le Conseil d'Etat annonçait dans son point de presse, un change­ment du règlement d'application de la Loi sur l'insertion et l'aide sociale (LIASI), im­pliquant une baisse du supplément d'intégration lié au Contrat d'aide sociale indivi­duelle (CASI). Celui-ci passera de CHF 300.- à CHF 150.- par mois dès le 1er sep­tembre 2014. Le Conseil d’Etat invoque une économie de près de 9 millions dont une partie devrait être affectée à l'acquisition d’une formation de base pour les personnes à l'aide sociale.

Cette mesure intolérable s’attaque aux plus démuni-e-s dans une ville réputée pour être une des plus chères du monde. Elle est indigne d’un Etat social. Elle rompt la solidarité envers les plus précarisé-e-s. Elle compromet la cohésion sociale de notre canton.

• Cette baisse de CHF 150.- représente près de 12 % sur le cumul de l'entretien de base et du CASI pour une personne et une perte de CHF 300.- soit plus de 14%, pour un couple.

• De nombreuses personnes à l'aide sociale doivent compenser avec ce forfait la part de loyer dépassant la limite du barème, en plus d'autres factures (Tél, TPG, vête­ments, SIG, etc.). Elles n'auront ainsi plus les moyens pour vivre décemment une fois ces frais payés. Comble de l’absurde: certaines paient des arriérés de loyers contractés avant leur demande d’aide pour garder leur logement. Cette réduction le rendra impossible et risquera de provoquer des centaines d’expulsions générant des coûts humains et financiers encore plus élevés pour la société (logement en foyer ou hôtel).

• Cette mesure met en péril l’intégration sociale, elle isole socialement plus encore les adultes, ainsi que leurs enfants. Nombre de relations sociales et professionnelles se tissent dans des lieux qui impliquent un minimum de dépenses (accès internet pour recherches d'emploi, sorties en famille, etc.).

• Après la 1ère suppression des forfaits vêtements et TPG en 2006, une 2ème dimi­nution a été introduite par le contrat d'aide sociale individuelle (CASI), qui supprimait CHF 300.- au forfait de base pour l'accorder sous condition de mérite. Un barème plus bas pour les jeunes adultes était aussi instauré.

• Le CASI a été présenté par les autorités, et ce malgré les critiques des profession­nels de l'action sociale, comme le levier principal de l'intégration sociale, un instru­ment d'incitation à l'effort.

• En février 2012 est entrée en vigueur la nouvelle loi sur l'insertion et l'aide sociale individuelle (LIASI). Celle-ci, outre la suppression du RMCAS, a reporté la charge de l'insertion professionnelle sur la LIASI. De plus, certaines dispositions de la loi n’ont pas été respectées telles que l'ajustement des maxima de loyer et l'augmentation de la franchise sur le revenu.

Comment justifier l'attribution des économies ainsi réalisées à plus de mesures d'insertion alors qu'en 2013, l'Hospice général n'a utilisé à peine qu’un peu plus d’un tiers de l'argent à disposition pour ces tâches !

Le message donné par la diminution de moitié du montant de ce supplément d'inté­gration est catastrophique alors que la précarité touche de plus en plus d’habitants à Genève, cette décision est une mesure qui stigmatise et appauvrit les plus pauvres. Elle exige inconsidérément qu’ils contribuent à la réduction du déficit de l’Etat.

Les signataires de cette pétition refusent l’injustice de ce processus. La réponse à la question de l'augmentation des dépenses liées à l'aide sociale est à chercher ailleurs que chez une population déjà particulièrement précarisée.

En conséquence, les pétitionnaires demandent au Conseil d'Etat et au Grand Conseil 

• d'annuler cette baisse de prestation financière et sociale,

• d'appliquer la loi telle que votée le 11 février 2011 par le Grand Conseil, soit d'ali­gner les montants des maxima de loyer pris en compte et de franchises sur le revenu tels que définis par loi sur le RMCAS.  

Feuille de pétition à télécharger :

http://www.cgas.ch/OASI/IMG/pdf/petition_contre_la_baisse_de_l_aide_sociale.pdf

Merci de renvoyer les signatures à l'adresse suivante : Collectif contre la baisse de l'aide sociale, rue du Village-Suisse 14, Case postale 171, 1211 Ge­nève 8 jusqu'au 25 août 2014. Le collectif est composé des organisations sui­vantes : CAPAS (Collectif pour l'Action sociale regroupant 33 associations), ADC, ALCIP, Avenir Social, Caritas, Centre social protestant, OASI, Le Tria­logue, les VERTS, le Parti Socialiste, Ensemble à Gauche, la CGAS. 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Observatoire de l’Aide Sociale et de l’Insertion

p.a. ADC, rue Saint-Laurent 8, 1207 Genève

tél 022 700 50 60, oasi@cgas.ch, http://www.cgas.ch/OASI/

Depuis juin 2007, le système cantonal genevois de prise en charge des chô­meurs, des chômeurs en fin de droit et des personnes émargeant à l’aide so­ciale a été ré­formé.

La dernière étape de cette refonte a eu lieu par l’adoption de la nouvelle loi sur l’insertion et l’aide sociale individuelle (LIASI), entrée en vigueur le 1er février 2012, par la modification de la loi en matière de chômage (LMC) au mois d’août 2012 et enfin par l’introduction des prestations complémentaires familiales dans la loi sur les prestations complémentaires cantonales (LPCC) en novembre 2012.

Constatant les nombreux dysfonctionnements et lacunes de ce nouveau dispositif légal, une structure de réflexion et de surveillance de sa mise en application a été créée : l’Observatoire de l’Aide Sociale et de l’Insertion (OASI).

L’Observatoire s’engage contre la baisse de l’aide sociale

Une pétition est lancée contre une diminution du "supplément d’intégration" dans le canton de Genève.

Premier rapport d’observation
Le premier rapport d’observation de l’oasi est paru !

Une permanence aussi en août
Pour écouter vos expériences et rédiger une fiche :
Une permanence sans rdv, tous les vendredi matin, aussi pendant l’été à l’ADC, 8 rue St-Laurent, Mme Haller et M. Crettenand

Trois autres personnes recevant sur rendez-vous :
Mme Peysson à l’Alcip, 022 321 51 22 ou 077 401 51 82 
M. Greub à l’ADC, 022 700 50 60, du lundi au jeudi
Mme Chevalley à Syndicom, 079 504 87 41

Zurück


Unterstützen Sie den Mediendienst
Hälfte/Moitié mit einer Spende über PayPal:



Bitte teilen Sie unsere Artikel: