Pétition contre la diminution de l’aide sociale à Genève

Hälfte / Moitié

Communiqué de presse, Genève, le 28 août 2014 – Les associations de dé­fense des usagers de l’aide sociale et les partis de gauche ont remis ce matin une péti­tion munie de plus de 4’000 signatures à la Chancellerie. Cette pétition demande l’annulation de la décision du Conseil d’Etat de baisser de moitié le montant du supplément d’intégration des bénéficiaires de l’aide sociale.

La pétition demande aussi d’appliquer la loi telle que votée le 11 février 2011 par le Grand Conseil, soit d’aligner les montants des maxima de loyers pris en compte et de franchises sur le revenu tels que définis par la loi sur le RMCAS.

Le 11 juin 2014, le Conseil d’Etat a décidé que les personnes au bénéfice de l’aide so­ciale qui touchaient un supplément d’intégration ou qui bénéficiaient d’un contrat d’aide sociale individuelle (CASI) pour un montant de 300 francs ne recevront plus que 150 francs dès le mois de septembre.

Le Collectif contre la baisse de l’aide sociale composé des associations suivantes : le CAPAS (regroupant 33 associations pour l’Action sociale), l’ADC, Le Trialogue, l’ALCIP, AvenirSocial, l’OASI, Les Verts, Le Parti Socialiste et Ensemble à Gauche a immédiate­ment réagi en lançant une pétition qui demande au Conseil d’Etat et au Grand Conseil d’annuler cette baisse de prestation financière et sociale qui stigma­tise et appauvrit les plus pauvres. L’AVIVO a rejoint le collectif en apprenant que les rentiers AVS ou AI per­cevant des prestations d’aide sociale du Service des presta­tions complémentaires ver­raient dès septembre 2014 leur CASI diminuer de 100 francs par mois.

Cette baisse de CHF 150.- représente près de 12 % sur le cumul de l’entretien de base et du CASI pour une personne et plus de 14%, pour un couple. De nombreuses per­sonnes à l’aide sociale qui compensent actuellement avec ce forfait la part de loyer dé­passant la limite du barème, en plus d’autres factures (Tél, TPG, vêtements, SIG, etc.) risquent de tomber sous le minimum vital.

Avec l’introduction du contrat d’aide sociale individuelle (CASI), CHF 300.- ont été sup­primés du forfait de base pour accorder cette somme sous condition de mérite. Un ba­rème plus bas pour les jeunes adultes était aussi instauré. Malgré les critiques des pro­fessionnels de l’action sociale, le CASI a été présenté par les autorités comme le levier principal de l’intégration sociale et un instrument d’incitation à l’effort.

Déficit structurel de l’Etat

Le Conseil d’Etat justifie aujourd’hui cette baisse de moitié du CASI par la nécessité de combler le déficit structurel de l’Etat et par son intention d’alimenter un fonds pour des formations de base offertes à des personnes dépourvues de toute formation. Les signa­taires de cette pétition pensent que la solution au problème de l’augmentation des dé­penses liée à l’aide sociale est à trouver ailleurs que chez une population déjà particuliè­rement précarisée. La justification de la coupe par une attribution des éco­nomies réali­sées à davantage de mesures d’insertion ne les convainc pas alors qu’en 2013, l’Hospice général n’a utilisé à peine qu’un peu plus du tiers de l’argent à disposition pour ces tâches.

Pour de plus amples informations :
Caritas Genève
Dominique Froidevaux, Directeur Tél. 079 636 46 91
dominique.froidevaux@caritas-ge.ch
CSP
Alain Bolle, Directeur Tél. 079 328 59 51
alain.bolle@csp-ge.ch

Zurück


Unterstützen Sie den Mediendienst
Hälfte/Moitié mit einer Spende über PayPal:



Bitte teilen Sie unsere Artikel: