50e législature : Lobbies et opposition systématique de l’UDC

Jean-Daniel Delley

Au cours de la première session de la nouvelle législature, une majorité libérale-radicale et UDC a exhibé ses muscles en osant le coup de force. Le 18 décembre, elle a créé la surprise et l’indignation en supprimant les mesures prises dans 18 cantons pour encadrer l’offre médicale. 

Pour sa part, l’UDC persiste à jouer une opposition tous azimuts quand bien même le Parlement lui a confié une responsabilité gouvernementale accrue. 

Médecins: incohérence et inconséquence 

Le Conseil fédéral proposait de gérer aussi bien la pléthore de médecins spécialistes dans les centres urbains que la pénurie de généralistes dans les régions rurales. Dans un premier temps, le Parlement s’est contenté de pérenniser le moratoire provisoire qui permet actuellement aux cantons de limiter l’ouverture de nouveaux cabinets médicaux. Suivant le Conseil des Etats, le Conseil national acceptait cette pérennisation, sans débat ni vote formel, le 8 décembre dernier. 

Et puis dix jours plus tard, lors du vote final et toujours sans débat, la Chambre basse enterrait le moratoire à une très courte majorité composée des élus du parti libéral-radical et de l’UDC. 

En clair, dès le 1er juillet 2016, les médecins pourront librement s’installer, médecins d’hôpitaux aussi bien que médecins venant de l’étranger. Une liberté qui, comme l’expérience le prouve, ne profitera pas aux régions périphériques, mais engorgera les villes déjà bien pourvues en soignants de toutes catégories. Les prestations de ces nouveaux arrivants seront remboursées par les caisses-maladie, ce qui ne va pas manquer de provoquer une hausse des primes au titre de la loi sur l’assurance-maladie (LAMal). 

On peut critiquer le moratoire qui pénalise la relève médicale et préserve les avantages des médecins déjà installés. Mais avant d’ôter aux cantons la possibilité de procéder à un tel blocage, il aurait fallu mettre au point un autre mode de régulation. 

La majorité du Conseil national n’a même pas pensé à cette élémentaire précaution. Elle a donc choisi la politique du pire consistant à pousser à la hausse les coûts de la santé et à susciter la colère des assurés, en sorte de préparer le terrain pour les assurances. Ces dernières visent on le sait la liberté de contracter, c’est-à-dire de rembourser les médecins de leur choix, afin de contrôler elles-mêmes des coûts dont elles n’ont pas forcément intérêt à contenir l’explosion, ni même la progression programmée. 

Or les assurances disposent de solides relais au Parlement: le tiers des membres de la commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national entretiennent des liens étroits avec les caisses – conseil d’administration, groupe de réflexion, etc. Et pour verrouiller le tout, cette commission accueille les présidents des deux organisations faîtières de la branche, Heinz Brand (UDC) et Ignazio Cassis (nouveau président du groupe PLR). 

Dénonçant l’abus de pouvoir commis par la nouvelle majorité, même un commentateur de droite comme Philippe Barraud prévoit ouvertement que «le lobby des assureurs, plus puissant que jamais avec tant d’obligés et de larbins sous la Coupole, s’en mettra plein les poches, ce qui aura certainement des retombées sonnantes et trébuchantes pour les élus qui ont obéi et voté juste.»

L’UDC n’a toujours pas endossé son habit gouvernemental. 

Réfugiés en Europe 

Lors de la session extraordinaire consacrée aux réfugiés en Europe, l’UDC a proposé d’instaurer un contrôle systématique aux frontières, sans même se soucier du fait qu’elles sont traversées chaque jour par 750’000 personnes et 350’000 véhicules. 

Mais lorsque les Verts ont suggéré de renforcer l’aide sur place aux réfugiés de Syrie et le soutien aux pays européens les plus concernés (Italie, Grèce), l’UDC a dit non. Comme elle a dit non à une motion prônant la formation des personnes ayant le statut de réfugiés – donc pas les requérants d’asile – en vue de leur permettre une meilleure intégration sur le marché du travail, tout en dénonçant par ailleurs le grand nombre de réfugiés au bénéfice de l’aide sociale. 

On l’a compris. Il faut empêcher les migrants de la guerre d’entrer chez nous, mais ne rien faire pour éviter qu’ils quittent leur région d’origine. Et pour celles et ceux qui ont eu la chance d’entrer en Suisse, pas d’effort de formation mais gare aux profiteurs de l’aide sociale. Il est vain bien sûr de chercher une quelconque logique à cette gesticulation qui n’a d’autre but que d’alimenter les craintes provoquées par les mouvements migratoires actuels. 

L’UDC se montre par contre beaucoup plus compréhensive pour les riches potentats dont les biens ont trouvé refuge chez nous. Ses élus ont rejeté la loi sur le blocage et la restitution des avoirs illicites des personnes politiquement exposées à l’étranger, tout comme ils se sont opposés à l’échange de renseignements en matière fiscale et à l’assistance administrative fiscale. 

Il est des priorités qui dévoilent crûment le sens des valeurs défendues. 

Domaine Public, 3 janvier 2016
http://www.domainepublic.ch/articles/28716

 

Zurück


Unterstützen Sie den Mediendienst
Hälfte/Moitié mit einer Spende über PayPal:



Bitte teilen Sie unsere Artikel: