Risque de dépendre de l’aide sociale plus marqué pour les défavorisé-e-s

Hälfte / Moitié

Le taux d'aide sociale reste inchangé, la durée de perception s'allonge :

Neuchâtel, 04.04.2016 (OFS) – La statistique suisse de l’aide sociale, avec les données de 2014, englobe désormais 10 années d’observation. Le taux d’aide sociale est aujourd’hui de 3,2%, comme en 2005. L’analyse de son évolution sur dix ans vient confirmer les observations faites dans les premières années de cette statistique : le risque de dépendre de l’aide sociale demeure plus marqué pour les enfants, les personnes de nationalité étrangère, les personnes divorcées et celles qui n’ont pas de formation post-obligatoire. Ce sont là quelques-uns des aspects traités dans la publication de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

Le nombre des bénéficiaires de l’aide sociale s’est accru de 10% entre 2005 et 2014, passant de quelque 238'000 à 262'000 personnes. Une augmentation à relativiser toutefois si l’on se base sur le taux d’aide sociale pour mesurer le risque de dépendre de l’aide sociale. Compte tenu de l’accroissement démographique pendant cette période, le taux d’aide sociale pour 2014 atteint 3,2%, comme en 2005, première année de la statistique.

Les groupes risquant le plus de dépendre de l’aide sociale ont peu changé ces dix dernières années: les enfants, les personnes de nationalité étrangère, les familles monoparentales et les personnes divorcées demeurent les plus exposés. Le risque de dépendre de l’aide sociale a aussi augmenté de 1,9% à 2,7% entre 2005 et 2014 chez les personnes de 55 ans et plus. Le nombre des dossiers concernant une personne s’est aussi fortement accru (de près de 70'000 en 2005 à 96'000 en 2014).

La corrélation entre le recours à l’aide sociale et un faible niveau de formation s’accentue
La corrélation entre le recours à l’aide sociale et un faible niveau de formation s’est accentuée ces dix dernières années. La part des personnes sans formation post-obligatoire a diminué dans la population résidante : de 14,8% en 2005, elle a baissé de 3 points environ pour atteindre 12,0% en 2014. En revanche, les personnes sans formation post-obligatoire sont proportionnellement plus nombreuses parmi les bénéficiaires de l’aide sociale: leur part est passée de 42,9% à 46,3% entre 2005 à 2014.

Les personnes qui n’ont pas achevé de formation ou dont la formation est insuffisante tendent à dépendre plus longtemps de l’aide sociale. La part de celles sans formation post-obligatoire est élevée parmi les bénéficiaires de longue durée qui dépendent de manière ininterrompue de l’aide sociale. Le risque de dépendre longtemps de l’aide sociale augmente donc chez les personnes ayant un niveau de formation insuffisant, mais aussi chez les personnes divorcées ou séparées et chez celles qui ont un nombre important d’enfants à charge. Cela vaut en particulier pour les familles ayant des enfants en âge préscolaire et pour les familles monoparentales.

Le taux d’aide sociale baisse dans les grandes villes
Si l’on considère le poids de l’aide sociale selon la taille des communes, on constate que le taux d’aide sociale selon la taille de la commune tend à augmenter avec le nombre d’habitants. La proportion des groupes de personnes qui risquent le plus de recourir à l’aide sociale est supérieure à la moyenne dans les villes-centres. C’est le cas par exemple des personnes élevant seules des enfants, des personnes vivant seules, des personnes de nationalité étrangère, des personnes divorcées et des personnes au chômage. Par rapport à l’année 2005, le taux d’aide sociale a cependant diminué dans les grandes villes d’au moins 100'000 habitants: de 6,3% en 2005, il est passé à 5,9% en 2014

La répartition géographique du taux d’aide sociale en 2014 montre que ce taux est plus élevé dans les régions urbaines. Cela tient, d’une part, aux disparités cantonales concernant les prestations d’aide sociale en amont de l’aide sociale économique. D’autre part, la structure de la population et le tissu économique de la région ont une influence sur l’ampleur de l’aide sociale.

 

Communiqué de presse de l’Office fédéral de la statistique, 4 avril 2016. Les 10 ans de la statistique suisse de l’aide sociale :

 

Source : http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/medienmitteilungen.html?pressID=10793

Zurück


Unterstützen Sie den Mediendienst
Hälfte/Moitié mit einer Spende über PayPal:



Bitte teilen Sie unsere Artikel: